Interview de Benjamin Fetu, fondateur et gérant des restaurants Phood

Nous avons échangé avec Benjamin Fetu, fondateur et gérant des restaurants Phood, pour qu’il nous raconte le quotidien d’un restaurant ouvert pendant cette période.

 

 

Pouvez-vous nous présenter brièvement votre restaurant ?

Phood est un concept de fast-food haut-de-gamme, avec une cuisine asiatique à forte influence vietnamienne.

 

 

Quelles dispositions avez-vous prises pour vos restaurants ? Comment vous êtes-vous adapté pour assurer une continuité de service ? 

Nous avons 2 restaurants sur Bordeaux Métropole, un dans le centre commercial Rives d’Arcins à Bègles et l’autre dans le centre-ville de Bordeaux, rue du Pas-Saint-Georges plus précisément.

 

Notre première décision a été de fermer notre restaurant à Bègles et laisser ouvert celui de Bordeaux, ce dernier étant mieux positionné pour avoir du volume en livraison et en vente à emporter. Dans la volonté de maintenir notre activité, nous nous sommes organisés rapidement et avons réouvert notre restaurant quelques jours après l’annonce du 14 mars, dans le respect des mesures d’hygiènes et des gestes barrières avec plus qu’un salarié dans le restaurant.

 

Actuellement, la livraison via les plateformes UberEats et Deliveroo représente 99% de notre chiffre d’affaires.

 

 

À quoi ressemble votre journée type actuellement ? 

Au début du confinement, la principale difficulté était de trouver les matières premières, mission très compliquée en raison de la fermeture des commerces et des fournisseurs. Depuis cela s’est beaucoup arrangé.

 

Les journées sont très chargées et ponctuées par les différences tâches à accomplir au restaurant : achat de matière première, préparation en cuisine, gestion des produits, service des clients en temps et en heure, administratif et côté personnel mon enfant à garder !

 

 

Comment ça se passe autour de vous ? Par rapport aux autres commerçants de la rue du Pas-Saint-Georges, qui est en temps normal une rue très commerçante et animée ?

Il y a encore quelques semaines, nous étions très peu à être ouverts. Depuis quelques jours, les commerces réouvrent leurs portes au fur et à mesure.

 

L’esprit d’entraide est très présent dans le contexte actuel, il l’est aussi parmi les commerçants. Nous allons par exemple développer un partenariat avec la Fabrique Givrée, pour que les clients retrouvent leurs glaces à notre carte. Avec le restaurant Heiko rue Fondaudège, nous avons livré gratuitement des repas aux personnels soignants du CHU de Bordeaux, Bordeaux Nord et Saint-André. Nous avons envie d’être du bon côté pendant la guerre, l’idée d’être ouvert est de survivre tout en étant solidaire.

 

 

Un message à faire passer aux autres commerçants ?

Savoir s’adapter, faire preuve de résilience et y croire !

 

 

 

Phood – 24, rue du Pas-Saint-Georges à Bordeaux